Quels sont les inconvénients d’une maison à énergie positive ?

La maison à énergie positive produit elle-même la quasi-totalité de l’énergie dont elle a besoin pour fonctionner. Novateur, ce concept propose de nombreux avantages à l’instar de l’équilibre thermique régulier, la réduction des dépenses énergétiques, le respect de l’environnement, etc. Si les avantages attachés à la construction d’une maison à énergie positive sont nombreux, il n’en demeure pas moins qu’elle possède quelques inconvénients. Ces derniers méritent une attention particulière. Dans cette perspective, voici une liste des différents inconvénients de la maison à énergie positive.

Inconvénients d’une maison à énergie positive

Le coût initial de la maison élevé

La construction d’une maison à énergie positive nécessite non seulement de la rigueur au niveau de la conception et de la réalisation, mais aussi de nombreux équipements adaptés pour la construction. Il s’agit entre autre de la VMC double-flux, de la protection solaire, du double vitrage pour les fenêtres, etc. De ce fait, le coût de la maison à énergie positive semble plus élevé que celui d’une habitation traditionnelle. Le surplus du montant de l’investissement initial se situe entre 15 et 20%.
Toutefois, cet inconvénient se comble facilement sur la durée. En effet, une maison BEPOS produit elle-même l’énergie qu’elle consomme. En réduisant ou en annulant la dépendance énergétique extérieure, elle permet faire des économies sur le paiement de factures liées à la consommation de la maison. Cumulée sur 10 ans, cette réduction constitue une véritable aubaine pour tous les propriétaires de maison.

La rareté des professionnels capable de commencer et d’achever une maison à énergie positive

La maison passive est concept récent. Comme les maisons BBC et passive, elle vise à réduire la consommation énergétique des ménages. Mais, le concept a littéralement évolué : au lieu de se contenter de réduire la consommation énergétique d’une habitation, on passe à la production énergétique par la maison. Donc, une pluralité de compétences est nécessaire pour construction entière du bâtiment.
Mais malheureusement, les écoles polytechniques n’ont encore formé beaucoup d’ingénieurs capables de la réaliser de A à Z. C’est pourquoi, il est difficile de trouver un technicien compétent capable de mener une bonne étude bioclimatique ou thermique et d’assumer la réalisation complète de votre maison. En conséquence, les techniciens déjà actifs sur le segment sont peu nombreux. De ce fait, ils se font recruter à prix d’or.

L’impossibilité de concevoir des formes pittoresques

La maison à énergie positive tolère l’usage de tous les types de matériaux pour la mise en place des murs – brique, béton, bois, etc. Toutefois, elles ne peuvent pas revêtir toutes les apparences. Elles ne peuvent que prendre des formes simples et compactes comme les formes carrées ou rectangulaires. Les formes rondes, triangulaires, trapézoïdales, avec excroissance ou tourterelles et toutes formes pittoresques sont proscrites pour les maisons à énergie positives. En effet, les formes compactes permettent la mise en place facile d’un bâtiment massif. Ce de fait, les surfaces d’échanges thermiques et le risque de ponts thermiques sont limités.
En outre, vous devrez mettre de côté l’idée d’une toiture plate. En fait, une toiture inclinée entre 30 et 45% garantit un excellent rendement des panneaux solaires installés sur le toit et une orientation de la maison vers le sud.

La rareté de certains matériaux

Certains matériaux indispensables à construction des maisons à énergie positive ne sont pas toujours faciles à trouver. Il s’agit entre autre des menuiseries passives comme le triple vitrage. Aussi, le processus de fabrications des matériaux plus performants comme la brique Monomur ou le béton cellulaire n’est pas facile maitrisable. En conséquence, il est difficile de s’en procurer.

La difficulté à s’intégrer dans le paysage

L’aspect d’une maison à énergie passive diffère généralement de celui d’une maison classique. En ville ou en campagne, il est parfois difficile d’intégrer une maison au paysage général. En ville particulièrement, on ne peut pas construire une maison BEPOS au milieu de gratte-ciels, car la maison sera difficilement exposée au soleil.
Si la maison est construite à proximité d’un monument historique, elle doit obligatoirement respecter plusieurs critères imposés par la législation.

L’implication continue des habitants de la maison

La maison à énergie positive intègre de nombreux équipements ultra performants et précis. S’ils sont intelligents pour la plupart, ils imposent une implication constante des habitants de la maison. Les occupants doivent changer certaines habitudes et éviter au maximum les heures creuses. En effet, les heures creuses peuvent causer un dysfonctionnement de la maison. C’est pourquoi, il faudra programmer les appareils électroménagers et l’organisation de la maison.

La maison à énergie positive requiert une certaine discipline des occupants de la maison.

En conclusion

La maison à énergie positive présente de nombreux inconvénients. Entre cherté de l’investissement initial, rareté de certains matériaux et difficulté d’intégration au paysage général, les admirateurs de ce type de maisons pourraient, avec raison, être dubitatifs. Cependant, sachez que la maison à énergie positive offre bien plus d’avantages que d’inconvénients.
En fait, considérez votre investissement initial et ces différentes contraintes comme un emprunt que vous faites à votre maison. Soyez en sûr, elle vous le rendra sans faute à un taux d’intérêt très élevé. Autonome, intelligente, écologique, économique et productive sur le plan énergétique, la maison à énergie passive constitue concept novateur qui servira certainement votre confort sur le long terme.

Poursuivre votre lecture :